Nouvelles utilisations pour les bâtiments

Avec une dose de créativité et en travaillant en partenariat, il y a de nombreuses façons de faire revivre des parties inutilisées d’une gare ou des bâtiments tout entiers. Ce faisant, vous transformerez les lieux en :

  • créant une atmosphère accueillante
  • réduisant les comportements antisociaux
  • améliorant l’expérience des voyageurs
  • apportant à l’endroit un aspect autre qu’un simple lieu de transit

Bien qu’il soit important d’être conscient de la réglementation et des contraintes, la clé pour faire revivre des bâtiments de gare est d’utiliser votre imagination.

Inspiration


Le salon de thé de la gare de Crediton
Devon (Royaume-Uni)

Le propriétaire du salon de thé de la gare de Crediton a créé un commerce local viable, apprécié et fréquenté par de nombreux groupes de riverains, comme le groupe de bénévoles Les Amis de la gare. La présence du salon de thé a conduit à une réduction du vandalisme et à une ambiance plus sûre. Lire la suite.

Des haltes rurales réimaginées
Pays de la Loire (France)

La Région Pays de la Loire a aidé des organisations locales à se réunir pour réfléchir à de nouvelles utilisations pour sept bâtiments de gares rurales désaffectées. Les idées ont fusé, installations de location de cycles, espace d’exposition, points de vente pour des commerces locaux, lieu d’échange de livres de bibliothèque et un centre médical. Lire la suite.

Une crèche à la gare du Pallet
Pays de la Loire (France)

L’ancien hangar de marchandise de la gare du Pallet a été transformé en une crèche intercommunale qui accueille plus de 20 enfants. La crèche est bien sûr particulièrement utile pour les parents qui travaillent et qui font la navette en train – et encore plus car les horaires d’accueil des enfants ont été conçus pour correspondre aux heures d’arrivée et de départ des trains. Lire la suite.

Redécouvrir le projet d’une région
Tokyo (Japon)

La compagnie ferroviaire japonaise de l’est (East Japan Railway Company) a ouvert des magasins dans des gares urbaines comme Ueno, à Tokyo, qui vendent des produits et des spécialités locales provenant des zones rurales. Les commerces apportent un plus aux stations urbaines, contribuant ainsi à faire mieux connaître des zones périphériques et à encourager le public à les visiter.

À la suite du succès du magasin à Ueno, un second commerce a été implanté en 2014 à la gare d’Akihabara, également à Tokyo. Lire la suite.


Lieu de travail
Northwich (Royaume-Uni)

Les gares peuvent contribuer à aider les personnes à trouver un emploi et à développer de nouvelles capacités.

Le bâtiment de la gare de Northwich, dans le Cheshire, accueille « Work Zone », un café et centre d’apprentissage communautaire primé qui aide le public dans les démarches de recherche d’emploi et au développement de compétences relatives à l’insertion professionnelle. L’endroit réunit des ordinateurs, un accès internet et un café. Lire la suite.


Restaurant et point de renseignements
Utrecht (Pays-Bas)

Un espace vacant de la gare de Driebergen-Zeist s’est maintenant transformé en un bureau de renseignements et office de tourisme pour le Parc national Utrechtse Heuvelrug, accompagné d’un restaurant moderne.

Le nouvel aménagement utilise l’énergie solaire et éolienne, et dispose d’une porte tournante qui génère de l’électricité lorsque les clients entrent et sortent. Lire la suite.

Les 10 meilleurs conseils du spécialiste du rail et des collectivités Paul Salveson

Mais la plupart des chemins de fer à travers l’Europe sont parsemés de vieux bâtiments ferroviaires qui ont depuis longtemps achevé leur mission initiale. Certains ont été vendus, souvent pour être utilisés à des fins résidentielles. Dans d’autres cas, avec peut-être plus d’imagination, ils ont été convertis en magasins, aménagements pour la collectivité ou espaces de travail. Le processus s’est, éventuellement, plus développé au Royaume-Uni, bien que de nombreux beaux bâtiments aient été démolis dans les années 1970.
Les bonnes pratiques ne manquent pas sur le développement de nouvelles utilisations pour les bâtiments ferroviaires au Royaume-Uni, bien que nous soyons les premiers à admettre que nous n’avons pas le monopole de la connaissance et qu’il y a de bons enseignements à tirer de ce qui se fait à travers l’Europe, en Asie et en Amérique du Nord. Ces conseils sont proposés comme une brève introduction au développement de nouvelles utilisations pour les bâtiments ferroviaires. Il ne s’agit pas d’un guide technique, mais plutôt de rechercher des idées créatives qui devraient ensuite être accompagnées par une expertise technique concernant la construction et l’entretien.  Paul Salveson
1. Trouver votre bâtiment

La plupart des lignes régionales comportent plusieurs haltes. Elles ne disposent pas toutes de bâtiments, mais là où il y en a, le potentiel de les faire revivre peut se présenter. Prenons le cas où vous trouvez une halte ferroviaire dans votre région avec un bâtiment étant soit complètement inutilisé, soit utilisé en partie seulement. Posez-vous les questions suivantes, qui traitent de l’intérêt d’un point de vue social :

  • Est-ce un bon emplacement, fréquenté ?
  • Le lieu est-il bien utilisé ?
  • Y a-t-il des organismes/collectivité(s)/entreprise(s) actives ?
  • Existe-t-il des besoins locaux auxquels l’espace du bâtiment pourrait répondre ?


2. Approfondir l'étude

Si la gare est utilisée par un nombre raisonnable de personnes, qu’elle fait partie d’une communauté où « des choses se passent », qu’elle est fréquentée et que des groupes locaux ou des entreprises de la région seraient susceptibles de l’utiliser, alors vous pouvez aller plus loin :

  • Déterminez qui est propriétaire du bâtiment. Il peut s’agir de la compagnie de chemin de fer, du gérant de l’infrastructure ferroviaire s’ils ne sont pas les mêmes, du conseil municipal, ou d’un propriétaire privé. En général, la tâche est facilitée si le propriétaire est une compagnie de chemin de fer ou un conseil municipal.
  • Allez voir le propriétaire concerné et obtenez son soutien. Une réponse positive de la personne responsable concernée est importante, faites donc preuve d’un grand tact et de diplomatie. Cela doit être une bonne idée pour eux, comme pour vous !
  • Si le propriétaire vous informe que le bâtiment se délabre ou qu’il faut une fortune pour le rénover, vous devrez peut-être aller voir ailleurs. Mais s’il est dans un état décent, ne soyez pas dissuadé par la perspective d’avoir une certaine somme à dépenser pour l’améliorer.


3. Élargissez vos investigations

Si vous obtenez une réponse positive, élargissez votre enquête aux utilisateurs potentiels. Demandez avis à la municipalité concernant la vie locale et ses activités, il pourrait y avoir des groupes locaux, de petites entreprises, des associations culturelles, des centaines de types d’acteurs différents potentiellement intéressés.

Allez rencontrer les gens, à ce stade le contact humain est vraiment important. Établissez la confiance et l’intérêt. Le bâtiment est peut-être trop grand pour un seul groupe ou une seule entreprise, ainsi, en fonction de la taille, évaluez le cadre d’une utilisation en commun. Réfléchissez bien au type de groupe/d’entités que vous souhaitez impliquer. S’il s’agit d’un groupe/organisme local, est-il bien implanté et quelle est sa réputation ? Ont-ils les ressources nécessaires pour être locataire ? S’il s’agit d’une entreprise, l’utilisation est-elle cohérente et appropriée ?(bruit, salissures, dangerosité, …). Encore une fois, la viabilité financière de l’entreprise est importante. À ce stade, ne prenez aucun engagement !


4. Élaborez votre vision

Si vos premières questions reçoivent des réponses positives, vous aurez besoin d’étoffer un peu le tout et de développer une vision du projet, en vous basant sur vos impressions jusque-là. Le propriétaire, quel qu’il soit, doit être impliqué. S’il n’est pas de votre côté, la tâche sera impossible. S’il s’agit de l’entreprise de chemin de fer ou de la municipalité, vos chances peuvent être élevées (mais il est important que la culture au sein de cette structure, surtout si c’est l’opérateur ferroviaire national, ait besoin d’encourager ce type de réalisations).

Si tout se passe donc bien jusque-là, élaborez un plan concernant le potentiel d’utilisation et de développement du bâtiment, établi d’après les discussions que vous avez eu. Vous devez répondre à la question « Que va devenir ce bâtiment ? », sera-t-il dédié aux entreprises, commerces, un aménagement pour la collectivité, un lieu artistique, ou peut-être un peu de tout ça et plus encore ?


5. Comment sera-t-il géré ?

Qui serait le principal locataire ? Est-il réaliste d’acheter le bâtiment à son propriétaire actuel ? Ou serait-il plus intéressant de former une fiducie qui pourrait le gérer, au nom du propriétaire ? Dans certains cas, vous pouvez simplement être un intermédiaire, l’utilisateur potentiel devenant locataire du propriétaire, généralement l’entreprise de chemin de fer. Cela peut bien fonctionner tant que chacun est conscient de ses responsabilités. Toutefois, un projet plus important peut nécessiter une entité « intermédiaire », qui pourrait être un partenariat ferroviaire communautaire, une « fiducie de développement communautaire » créée à cette fin, ou une autre organisation caritative.


6. L'argent est une préoccupation, mais pas toujours le problème principal

Le propriétaire peut ne pas souhaiter vendre le bâtiment tout en acceptant de le mettre à la disposition d’un ou plusieurs organismes à but non lucratif, pour un loyer modique (d’autant plus si la location commerciale est refusée !). Cela peut être une bonne chose pour vous, vous évitant ainsi une trop grande responsabilité. Cependant, rendre le bâtiment pleinement utilisable peut nécessiter de dépenser une importante somme d’argent. Il peut avoir besoin de quelques travaux de restructuration, allant de l’amélioration de l’accès pour les personnes à mobilité réduite à d’autres types de modifications.

Le coût peut atteindre des centaines de milliers d’euros. Nous venons d’assister à la réalisation d’un remarquable projet à Wakefield (Yorkshire), dirigé par l’ONG environnementale Groundwork, pour lequel environ 7 millions d’euros ont été dépensés pour rendre le bâtiment prêt à être utilisé ! Mais cela est plutôt rare. Très souvent, vous pouvez obtenir un financement pour des projets d’« investissement » provenant de sources diverses et de l’aide est disponible pour vous diriger vers ces sources et préparer les demandes de subvention. Le plus gros problème étant d’être certain que les utilisations du bâtiment dont vous puissiez profiter sont financièrement viables et sûres, au moins à moyen terme.


7. Proposer la structure

Une fois que tous les points ci-dessus sont clarifiés, vous devriez être en mesure de proposer des utilisations commerciales du bâtiment aux utilisateurs potentiels. Ne pensez pas qu’une simple annonce dans le journal local suffira. Il vous faudra aller rencontrer les personnes, qu’elles voient le bâtiment, et il faudra les inspirer en leur transmettant votre vision ! Quand cela est possible, organisez des journées « portes ouvertes » lors desquelles tout le monde pourra venir voir et apprécier le potentiel du bâtiment. Utilisez les médias locaux, n’hésitez pas à mettre en avant la particularité de votre projet et tout ce qu’il apportera à la collectivité.


8. Convaincre les acteurs importants

Pour un projet qui présente des avantages pour la collectivité, vous devez avoir de nombreuses personnes de votre côté. Il s’agit des hommes politiques locaux (élus et députés / sénateurs), journalistes et personnalités ayant une influence locale. Avoir leur appui peut être un grand soutien, et ils aiment généralement être impliqués !


9. Et si le bâtiment est quasiment en ruine ?

Si le bâtiment qui vous intéresse répond à tous vos critères pour l’usage prévu mais qu’il est dans un tel état que sa réfection serait trop coûteuse, peut-être que la meilleure solution serait d’en discuter avec le propriétaire et le conseil municipal pour déterminer l’intérêt d’une démolition suivie d’une reconstruction plus adaptée à l’utilisation envisagée ? Cela peut être s’avérer un point sensible, les populations locales ayant souvent de l’affection pour les anciens bâtiments ! Mais c’est parfois la bonne solution, si la collectivité y gagne avec un bâtiment mieux aménagé. C’est exactement ce qu’il s’est passé pour la gare de Burnley (Manchester Road) dans le Lancashire.


10. Soyez patient, mais persévérant

Traiter avec le secteur ferroviaire peut se révéler assez long. Certaines étapes sembleront, à juste titre, très bureaucratiques. Parfois des personnes peuvent vous apparaître peu serviables (généralement car elles ont trop de choses à faire !). Faites donc preuve de patience mais soyez également prêt à relever le défi. Si vous rencontrez un obstacle important, trouvez des moyens de le contourner en allant voir une autre personne responsable s’il le faut réellement. Dites-vous que le projet amènera ses déceptions, prendra plus de temps que prévu, sera plus coûteux, et peut vous donner quelques cheveux blancs. En général, le résultat obtenu le vaut largement. Si vous ne le croyez pas, allez visiter la gare Kirkgate de Wakefield !

Ressources

Liens vers des documents utiles sur le Web :

  • Repenser l’évolution des gares pour servir la collectivité (article sur le Web)
    Un excellent article, incluant des exemples illustrant la manière dont les gares peuvent être transformées en faisant participer les riverains et les entreprises, écrit par Paul Salveson, expert du ferroviaire pour la communauté au Royaume-Uni.
  • Aménagements des gares de lignes régionales (présentations d’ateliers)
    Une série de trois ateliers organisés par le Cerema (France – Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) concernant le développement des services dans les gares régionales. Certains des excellents exemples évoqués comprennent des idées liées à des légumes frais et aussi des projets créateurs d’emplois, proposant des services de blanchisserie pour les passagers. Voici les liens vers les présentations et résumés du premier atelier, du second et du troisième.

Contribuer


Si vous avez vos propres études de cas, des ressources ou des idées pour contribuer à cette section du kit d’outils (ou une autre), n’hésitez pas à ajouter un commentaire au bas de cet article.

Vous pouvez également envoyer un email à our lead partner DCRP ou appeler le +44 1752 584 777 pour échanger avec notre principal partenaire, Partenariat ferroviaire de Devon & Cornouailles

Plus de cette section du kit d’outils

Secured By miniOrange